Finale 2019

Fête du Livre, Saint-Pierre-de-Clages

Une passion

Toute petite déjà, je détonnais dans ma famille à cause de mes centres d’intérêt. J’avais douze ans lorsque, dans le jardin de notre maison, mon père construisit deux maquettes géantes, l’une d’un château fort, l’autre d’un mangonneau. Elles devaient distraire mes frères, mais c’est moi qu’elles avaient intéressée. Ma curiosité fut éveillée et, plus qu’une tocade, plus qu’un engouement, naquit alors ma passion pour le Moyen Âge qui dura toute mon adolescence.

Je m’y suis jetée corps et âme, adonnée tout entière. Je voulus tout savoir, tout découvrir de cette période passionnante mais si souvent dénigrée notamment par les Lumières. Je dévorai Notre-Dame de Paris et les chefs-d’œuvre de Walter Scott, Quentin Durward et Ivanhoé.

(fin de la dictée des juniors)

J’accompagnai les chevaliers de la Table ronde dans leur quête du Saint-Graal. Je compatis aux malheurs de Lancelot du lac, de Perceval et du roi Artus. Je partageai les épreuves des couples ballottés formés par Tristan et Iseut, Héloïse et Abélard. J’appris par cœur les cinquante premiers vers de la Chanson de Roland, chanson de geste écrite en langue d’oïl, à laquelle je m’étais initiée. La Farce de maître Pierre Pathelin me mit en joie plus d’une fois.

Accoutrée d’un bliaud ou d’un joli petit surcot orné d’orfrois que je m’étais confectionnés, je me suis souvent enfermée dans ma chambre pour réciter un lai de Marie de France ou un dit de Rutebeuf. Pour me délasser, je jouais de la saquebute et de la mandore. J’ai cru défaillir de bonheur, lorsque, pour mes dix-huit ans, mes parents m’ont offert un jaseron, un armet et un heaume complet avec son mézail qu’ils avaient acquis dans une vente aux enchères.

Un été, je suis même allée au festival des minnesingers, ces poètes allemands dont on fait revivre les œuvres moyenâgeuses à Mayence.

Je vivais, pensais et rêvais moyen âge. Pourquoi une telle addiction ? Je me le suis longtemps demandé jusqu’à ce que, récemment, un oncle généalogiste établît, après moult recherches, qu’un ancêtre de ma mère avait accompagné le roi Saint Louis en Terre sainte lors de la septième croisade. Voilà qui était des plus convaincant. Flattée, je me suis complu dans cette conviction.

Francis Klotz, sous le contrôle du jury présidé par Pierre Mayoraz

Variantes

Iseult, bliaut, Abailard, Moyen-Âge, moyen-âge, toquade, sacquebute, Lancelot du Lac, la Farce de Maître Pathelin

Phrases subsidiaires

Le polar(d) wahhabite, héros d’un polar, dégaina son Luger, tira et s’en alla luger sur la dune où tentaient de percer des yuccas.
(juniors) La poissarde vendait du tacaud, du sandre et du flétan.

Vocabulaire

un mangonneau : sorte de catapulte
les Lumières : le XVIIIe siècle, le siècle de la Raison
Notre-Dame de Paris : roman de Victor Hugo (1802-1885)
Walter Scott : écrivain britannique (1771-1832), auteur d’Ivanhoé et de Quentin Durward. Il est considéré comme le père du roman historique.
Quentin Durward : roman historique dont le héros est un archer écossais du roi Louis XI.
Ivanhoé : roman historique dont le héros est un guerrier, partisan valeureux du roi Richard 1er en lutte contre son frère Jean sans Terre.
Richard Cœur de Lion / Richard 1er : roi d’Angleterre (1157- 1199)
Perceval : chevalier légendaire, héros du roman éponyme de Chrétien de Troyes (XIIe s.)
Lancelot du lac: chevalier légendaire, il s’éprend de Guenièvre, femme du roi Artus.
Artus (Arthur) : roi légendaire du pays de Galles dont les aventures sont narrées dans le cycle de la Table ronde.
Tristan et Iseut : couple adultère légendaire
Héloïse et Abélard (XIIe s.) : Elle, nonne, lui, théologien. Leur amour a survécu à tous les obstacles.
Les chevaliers de la Table ronde: groupe légendaire chargé de la quête du Graal par le roi Artus
le Saint-Graal : vase utilisé par le Christ lors de la Cène et qui aurait contenu son sang perdu lors de la Crucifixion
la langue d’oïl : tous les dialectes parlés au nord de la Loire y compris le wallon
la Chanson de Roland : la plus ancienne des chansons de geste (XIe s.)
La Farce de maître Pierre Pathelin (vers 1464): farce française d’auteur inconnu ; est considérée comme la première comédie française.
un bliaud : longue tunique portée par les hommes et par les femmes au Moyen Âge
un surcot : vêtement porté sur la cotte
l’orfroi : broderie en fils d’or ou d’argent en bordure de vêtements de riches, de seigneurs ou de vêtements liturgiques
un lai : poème lyrique ou narratif médiéval
Marie de France : poétesse française (1154-1189)
un dit : genre littéraire, petite pièce traitant un sujet familier ou d’actualité
Rutebeuf : poète français du XIIIe siècle
la sacquebute : instrument de musique à vent, ancêtre du trombone
une mandore : instrument de musique à cordes pincées, analogue au luth
un jaseron : chemise de mailles
un armet : petit casque fermé
un heaume : grand casque enveloppant la tête et le visage
un mézail : visière mobile d’un casque fermé
Mayence : ville d’Allemagne, capitale du land de Rhénanie-Palatinat
les minnesingers : poètes chanteurs allemands du Moyen Âge. « Minne » = amour courtois
Saint Louis / Louis IX : roi de France (1214-1270) , mort à Tunis lors de la huitième croisade
des plus convaincant : dans ce cas, l’adjectif est invariable parce qu’il se rapporte à un pronom.

Palmarès

Catégorie « senior »

1. Yves Scheller, Choulex Genève, 13 fautes, Champion suisse 2019
2. Riana Le Gal, Paris, 16 fautes
3. Jean-Luc Crisinel, Lutry, 18 fautes
4. Mareva Pilloud, Le Mont-Pèlerin, 19 fautes
5. Véronique Grin, Rolle
6. Patrick Hachemane, Renens

Catégorie « junior »

1. Solène de Montmollin, Boudry, 7 fautes, Championne suisse 2019
2. Elodie Chavan, Penthalaz, 8 fautes
3. Beatriz Zeizer, Leytro, 10 fautes

Catégorie « champion »

1. Daniel Fattore, Fribourg, 5 fautes
2. Clément Bohic, Paris, 9 fautes
3. Menoud Jacques, Chavannes-sur-Orsonnens, 14 fautes
4. Emery Marc, Baden, 19 fautes
5. Moerch Françoise, Collombey-Muraz, 23 fautes

Catégorie « senior open »

1. Cédric Jeancolas, Paris, 10 fautes
2. Agnès Burnier, Clarens, 16 fautes (+1)
3. Claire de Morsier, Sion, 16 fautes (+3)
4. Daniel Sangsue, Neuchâtel, 17 fautes
5. Sonia Dolivo, Goumoëns-la-Ville, 19 fautes
6. Isabelle Aviolat, Saint-Pierre-de-Clages, 19 fautes (+3)</

Catégorie « junior open »

1. Antoine Arnold, Romont, 8 fautes
2. Jean Arnold, Romont, 14 fautes
3. Gabriel Zeizer, Leytron, 16 fautes
4. Aglaé Zeizer, Leytron, 23 fautes

Le mot du président du jury

Qu’il est loin le Saint-Graal !

Ils furent plus de cinquante à relever le défi lancé par Francis Klotz et tenter de décrocher le Saint-Graal de la trentième édition du championnat suisse d’orthographe. Les tables de la salle polyvalente de Chamoson ont accueilli les paladins du bon français samedi 24 août 2019. Sans doute le dessin rectangulaire de ces meubles, mythiques sous une autre forme au Moyen Age, a-t-il troublé ces preux chevaliers du bon usage. Ou peut-être est-ce la chaleur de l’astre solaire qui donne au Valais central force crus réputés et qui travaillait à plein régime ce jour-là? Toujours est-il que les correcteurs ont fortement entamé l’encre rouge de leurs stylos lors de la relecture des copies. Les fautes venaient en gerbes se suivant l’une l’autre avec régularité. A tel point qu’il est difficile d’établir un palmarès des difficultés qui ont fait mouche. Tout ou presque de la redoutable panoplie klotzienne a atteint son but.

Face à de telles difficultés, ne commettre que cinq fautes tient de l’exploit. Déjà vainqueur de la demi-finale du Salon du livre, Daniel Fattore l’a réalisé. Il concourt en catégorie champions et ne peut décrocher une nouvelle fois le titre. Celui-ci revient à Yves Scheller de Choulex. Nos félicitations à tous les deux.

Pierre Mayoraz, président du jury