Grand déballage

De retour de son tour du monde, il nous avait invitées dans son loft rupin pour, avait-il précisé, nous épater. Nous l’attendions, qui affalées sur un  canapé en skaï, qui vautrées sur une natte en sisal, et lorsqu’il apparut, hilare, pieds nus dans ses babouches en nubuck et vêtu d’une gandoura rouge vif, nous l’avons applaudi. Tandis qu’un plat de rollmops circulait de l’une à l’autre et que le bloody mary commençait à produire son effet, il souleva lentement le couvercle d’une énorme malle dont il sortit avec componction les objets ramenés de son voyage et dont l’apparition fut saluée  par des oh ! et des ah !, bruyantes manifestations d’un étonnement feint, car nous étions toutes habituées à son excentricité et à ses bizarreries.

(fin de la dictée des juniors)

Défilèrent ainsi sous nos yeux un rouleau de mantras hindouistes en sanskrit offert par un pandit indien, le péroné d’un yéti du Bhoutan, un morceau d’écorce du banian à l’ombre duquel Gandhi avait coutume de s’asseoir à New Delhi, la jambe de bois d’un boucanier, l’opinel perdu par Saint-Exupéry au temps de l’Aéropostale et que notre hôte avait acheté à un péon dans un village andin, la mâchoire inférieure d’un barracuda, une écaille de tatou, un mazagran orné des effigies du Che et de Fidel, une plume caudale d’un goglu, le tibia d’un dahu et la maquette d’une caraque  sculptée au XIXe siècle dans un os de cachalot par un convict anglais.

Alors que nous croyions en avoir fini, il brandit comme un trophée un sachet en cellophane en s‘exclamant :

– Et voici le clou du spectacle: les poils d’une once !

L’une de nous, déjà bien éméchée et en proie au fou rire, bredouilla, ahurie :

– D’une once ? D’une once de quoi ?

Sans se démonter, il expliqua  que l’once était l’autre nom de la panthère des neiges et que l’une d’elles s’en était prise au yack sur le dos duquel il traversait un pierrier du Pamir et que…

Plusieurs voix s’élevèrent alors au-dessus du brouhaha :

– Et où sont les poils du yack ?

Bien qu’il parût dépité qu’on le moquât, il lâcha au milieu des rires, des lazzi(s) et des cris :

– De sérieux, mes chères, vous n’en avez hélas! pas … une once.

Francis Klotz

sous le contrôle du jury présidé par P. Mayoraz

Variantes

s’assoir, Saint Exupéry, sanscrit, Skaï, Opinel, Cellophane, yeti, yak, affalée, vautrée

Phrases subsidiaires

1) Le phragmite se posa successivement sur un seringa(t), une scille, un amélanchier, un buddléia (buddleia) et un liquidambar.

2) (juniors) Ces malotrus se sont dit des méchancetés qu’ils se sont plu à répéter incessamment.

Palmarès

Seniors

  1. Champion suisse 2016 Jacques Menoud, Chavannes-sous-Orsonnens, 2ftes
  2. Bohic Clément, Paris, 3 ftes
  3. Hachemane Patrick,  Renens, 4 ftes
  4. Sevrin Gilles, Thonon, 7 ftes

 Juniors

  1. Championne suisse 2016 , Zeizer Melissa, Leytron , 6 ftes
  2. Guibentif Tom, Tamils, 8 ftes

Seniors Open

  1. Delafontaine Hugo, Echichens, 3 ftes
  2. Aviolat Isabelle, Saint-Pierre-de-Clages, 4 ftes
  3. Moerch Françoise, Collombey,  6 ftes
  4. Haulin Nicole, Pully, 7 ftes

Juniors Open

  1. Gentizon  Jonathan, Les-Monts-de-Corsier, 6 ftes

Champions

  1. Deschamps Guy, St-Martin-les-Besaces, 0 fte
  2. Delafontaine Benoît, Crissier, 0 fte
  3. Fattore Daniel, Fribourg, 1 fte
  4. Rohner Magali, Delémont, 2 ftes
  5. Emery Marc, Baden, 5 ftes

Commentaire du président du jury

Le soleil qui brillait à Chamoson et sur le Village du livre à Saint-Pierre-de-Clages en cette fin août 2016 n’a pas dérangé les concurrents à la poursuite du titre de champion suisse d’orthographe. Il y eut même des zéro faute au grand dépit de Francis Klotz, grand collectionneur de ces savoureuses difficultés qu’il aime à faire connaître aux téméraires assez fous pour affronter ses textes.

Cette année, il nous proposait un grand déballage plus remarquable par ses pièges orthographiques que par le bon goût du collectionneur qui fait étalage de souvenirs de vacances que l’on voit plus souvent dans le dictionnaire que dans les bonnes maisons.

Si le « nubuck » ou la place du h dans « Bhoutan » ou « Delhi » en a fait chuter un grand nombre, nos vaillants concurrents ont affronté le « dahu » ou le « goglu » quasi sans trembler. Même celui qui a situé l’action à la « rue Pin » sur laquelle donnait le loft. Ou ceux à qui le « sisal » a donné des démangeaisons.

Et bravo aux cinq qui ont écrit la phrase subsidiaire sans faute. A noter qu’une cave de la région a pris de nom de « liquidambar », preuve que Francis Klotz n’invente rien pour piéger les concurrents.

Au final, une belle édition qui a réuni une soixantaine de passionnés dont le niveau ne cesse de progresser au grand dam d’une équipe de correction quasi en mal de fautes à sanctionner.

Pierre Mayoraz, président du jury